Surendettement des particuliers, le cas des propriétaires

0

La crise économique a pour conséquence de généralement impacter les ménages les plus fragiles, dont les budgets sont les plus serrés et le taux d’endettement particulièrement haut.

Le surendettement est la conséquence d’une accumulation de dettes, généralement certaines nouvelles dettes ayant pour objectif d’en combler une ancienne partiellement, ou parfois avec l’ambition de créer un peu de trésorerie pour combler le manque d’un reste à vivre (solde restant au foyer après paiement des charges fixes comme les crédits, loyers,…) à l’agonie. Parmi le million de dossiers de surendettement qui est arrivé à la Banque de France durant les cinq dernières années, 78% proviennent de personnes qui sont locataires. Pour les 22% restants, il existe des solutions plus accessibles que pour les autres.

Quelles solutions existent?

Certaines banques ou organismes financiers ont mis en place depuis quelques années des solutions permettant aux propriétaires d’envisager le rachat de leurs différents crédits. Ces solutions permettront dès lors, par un allongement de la durée, de baisser considérablement le taux d’endettement du foyer, en l’ajustant au niveau de vie actuelle du propriétaire dont les soucis sont généralement intervenus suite à un changement brutal de situation (chômage par exemple). Dès lors, le fait d’être propriétaire donne à l’organisme qui va effectuer le rachat une garantie en cas de non paiement, le bien faisant dès lors l’objet d’une hypothèque. Le propriétaire ne risque rien dans la mesure où il honore ses nouvelles échéances, et qu’il a la judicieuse idée de se prémunir de certains risques (interruption temporaire de travail, chômage, invalidité,…) à travers une assurance.

Cette solution demeure la plus sûre pour les propriétaires surendettés, dans le sens où il conserve de plein droit leurs biens. Deux autres systèmes existent, qui sont d’une part le réméré, une procédure assez complexe avec un transfert de propriété momentanée, ainsi que le viager. Cette dernière opportunité a pour conséquence de faire perdre au client la pleine propriété du bien, améliorant certes la situation financière à court terme, voir jusqu’au décès à travers le versement d’une rente, mais cela a des conséquences sur le plan patrimonial, les descendants ne récupérant absolument rien au décès.

Etre propriétaire et surendetter n’est pas une fatalité, certaines solutions existent, le crédit hypothécaire en est une, qui préserve le patrimoine intact en améliorant la situation financière à court terme.