Prêt immobilier, comment expliquer la baisse des taux

0

Depuis les années 40, les taux des crédits immobiliers qui sont actuellement à 1,97% n’ont jamais été aussi bas. Quelle en est la raison ? Est-ce juste pour un temps ? Quels sont les avantages des emprunteurs ? Autant de questions auxquelles nous essayerons de répondre dans les lignes qui suivent.

La BCE (Banque Centrale Européenne), en prêtant désormais aux banques à 0% a consolidé sa politique monétaire en faveur de l’économie. Par conséquent, les banques se financent à bon compte et ont tout à gagner à prêter.

Par ailleurs, le taux d’emprunt de la France à 10 ans (OAT) référence pour les emprunts des particuliers à taux fixes, qui évolue personnellement à des niveaux innovants. À cela, vient s’ajouter l’amélioration des offres commerciales de la part des établissements de crédit. Cette amélioration est observée au printemps, qui se trouve être la période où plusieurs ménages prévoient un achat immobilier.

Une baisse durable?

Étant donné que les barèmes fournis par les banques sont toujours inférieurs, on prévoit une baisse continuelle des taux jusqu’en mai, où les banques seront tentées comme en 2015 de faire croître leurs taux afin de gérer la demande. Et de les réduire de nouveau par la suite en automne, pour conclure l’année en force.

Il convient toutefois de remarquer que cette réduction des taux d’intérêt n’a pas pu équilibrer sur le long terme la hausse du prix relatif des logements par rapport au gain par ménage. Car pour acquérir le même logement, un ménage s’endette sur environ 21 ans pour accéder à la propriété en 2015, ce qui n’était pas le cas dans les années 1965 ou 2000 (endettement sur 15 ans).

Aujourd’hui, si l’on emprunte hors assurance 200.000 euros sur 20 ans, à un taux de 1,8% (qui est un taux intermédiaire entre le taux de marché et les meilleurs taux), le coût du crédit s’élève à 38.303 euros. Ce qui n’était pas le cas un plus tôt ; en effet, l’année précédente le taux moyen était de 2,15%, augmentant ainsi le coût du crédit à 46.248 euros. En avril 2012, quatre de cela, le taux s’élevait à 3,95%, faisant croître le coût du crédit hors assurance à 89.607 euros. On constate donc qu’en un an, le coût du crédit a chuté de plus de 17% en moyenne et de près de 60% en 4 ans.
Des crédits souscrits avant le deuxième semestre 2014 sont des crédits potentiellement avantageux.